Photos d'Empuses


Une empuse mâle aperçue dans la sariette le Mardi 21 Mai 2019. Cette empuse était accompagnée par un deuxième mâle tout vétu de violet (cf. photo ci-dessous). Leur présence a été de courte durée puisqu'ils sont restés dans la sariette que deux petites semaines en tout. Quelle majestuosité en tous cas, peut-on se dire, en les envoyant se déplacer aussi facilement parmi l'entrelas de végétation que procure la sariette.



Le deuxième mâle tirant beaucoup plus sur le violet, avec des dégradés violet-vert sur le corps, de toute beauté. Autant le fer de lance des empuses est le mimétisme, autant leur présence dans la sariette faisait tâche. On ne voyait qu'eux, dénotant du vert ambiant.



Vu de profil du deuxième mâle beaucoup plus coloré et plus téméraire que le premier. En position d'attente du moindre bruissement ou claquement d'ailes dans les airs, il décida de me faire un joli faceit, ce qui vaut ce cliché un peu surexposé mais net.



Sur cette photo on se rend bien compte de la taille de cette empuse mâle et aussi de sa verticalité. On notera aussi le joli dégrdé de couleur de son corps, du vert pâle en passant par le vert d'eau et finissant par un fondu de brun et violet qui lui va à ravir.



Perché sur cette tige d'oeillet, ce mâle d'empuse m'a fait l'honneur de poser plusieurs secondes sans bouger la moindre mandibule sans faire le moindre déplacement. Cette tige d 'oeillet poussait en plein milieu d'un parterre de romarin, delà diffile de ne pas déceler la présence de cette créature hors du commun.



Sans aucun doute ce cliché d'empuse est le plus réusssi puisque de souvenir la lumière n'était pas trop crue et il n'y avait pas de vent ce jour là. Des conditions idéales et la chance m'ont permis de photographier à mes aises cette empuse mâle déambulant sur cette feuille d'oignon, aussi large que son corps. Quelle prouesse de sa part.



En position de garde voir d'attaque cette version larvaire d'empuse à fait pouvoir de son mimétisme puisque je ne l'avait vu avant d'arriver le nez dessus, ce qui l'a autant surpris elle que moi. Sa position de self-défense attestant d'une agression extérieure dont je suis à l'origine et que je ne rééditerais pas de sitôt.



Quel magnifique exemple que nous montre ce cliché, d'aisance, de légéreté, d'acuité de l'empuse. J'ai décidé de garder l'orientation originale de la photo pour vous montrer les qualités de funambulisme de cet insecte qui continuera de me surprendre continuellement.



Première photo d'empuse de l'année 2019, en ayant de la chance puisque cet individu à failli m'écahpper. Mais au détour d'un brachage d'herbe à curry, mademoiselle l'empuse à daigner m'offrir un beau 3/4 qui m'a satisfait et m'a permis de relâcher la pression sur son être.



J'ai surpris ce stade larvaire d'empuse en flagrant délit d'escaladage de tige d'hélichryse. Elle a remarqué rapidement ma présence et m'a gratifié d'un joli profil. On remarquera les futures zébrures de camouflage déjà portées à l'état larvaire.



Voici une des facétie à mettre en plus au tableau de chasse de ce magnifique insecte qu'est l'empuse. Je n'ai pas efféctué de rotation à cette image puisque j'ai voulu garder l'aspect de verticalité de la scène. Tête en bas, l'empuse est prête à happer n'importe quel espèce animale qui passerait au travers de ces mandibules acérées.



Un stade larvaire d'empuse photographié au beau milieu d'un plant d'hélichryse. A cette époque cette plante regorge de larve, en affluence maximale je suis à 6 individus. Des formes sombres et claire se cotoient au milieu des mouches, araignées et autres micro-hyménoptères qui peuplent cette herbe à curry.



Autres photos d'empuses